Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Les hommes

Partie 1/2

À l’échelle du continent européen, le royaume de France fait figure de géant démographique. Avec près de 18 millions d’habitants dans le cadre des frontières du traité de Cateau-Cambrésis (1559), la France est le pays le plus peuplé d’Europe loin devant le Saint-Empire romain germanique et la péninsule italienne (environ 12 millions chacun), la péninsule ibérique (environ 9 millions) et l’Angleterre (moins de 4 millions). La densité moyenne est d’environ 35 habitants / km², sauf dans les régions appartenant à ceux que Laurent Bourquin appelle « l’Europe dense », c’est-à-dire la région parisienne, le Nord de la France et le littoral de la Manche, dans lesquelles les densités moyennes dépassent 50 habitants / km².

Globalement le XVIe siècle correspond à une période de croissance démographique importante pour le royaume de France. Sa dilatation territoriale est un premier élément d’explication car l’intégration au cours du siècle de nouveaux territoires tels que la Bretagne, les Trois-Evêchés (Metz, Toul et Verdun), le Calaisis, la Bresse, le Bugey et le pays de Gex permettent automatiquement de gonfler sa population. Mais la raison principale est démographique. C’est ce que les historiens appellent une période de récupération, puisque la population rattrape le niveau qui était le sien avant les saignées démographiques du milieu du XIVe siècle, lorsque les conséquences conjuguées de l’épidémie de Peste noire (1347-1352) et de la guerre de Cent ans avaient entraîné sa forte diminution.

Plusieurs étapes se succèdent pour faire passer le royaume de 15 millions d’habitants à la fin du XVe siècle à 18 millions en 1610 : forte croissance pendant la première moitié du XVIe siècle, avec récupération du niveau de 1347 ; ralentissement, voire stagnation pendant la seconde moitié du XVIe siècle marquée par huit guerres de Religion ; avec Henri IV, la pacification du royaume, la diminution conjoncturelle des grandes épidémies et la possibilité de meilleurs rendements entraînent un renouveau de la croissance. Ce nouvel élan démographique viendra à son tour se briser sur le retour de flambées épidémiques au début du règne de Louis XIII.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Femme allaitant

Sculpture en faïence d’Avon représentant une femme allaitant
© RMN / Gérard Blot
Commentaire :
Le royaume passe de 15 millions d’habitants à la fin du XVe siècle à 18 millions en 1610 en plusieurs étapes. La première est la période de forte croissance, sans doute due à la meilleure conjoncture qui fait que les hommes sont mieux nourris et résistent mieux aux maladies. Elle couvre la première moitié du XVIe siècle et fait qu’en 1560 le niveau de 1347 est à peu près retrouvé. La suite est marquée par un ralentissement, voire une période de stagnation, lorsque les violences et les désordres liés aux guerres de Religion entraînent des crises de subsistance et une vulnérabilité accrue aux maladies. La pacification du royaume entraîne un nouvel élan démographique.
Légende :
Femme allaitant,faïence d’Avon, XVIIe s. Musée de la Renaissance d’Écouen

Titre du média : Carte du royaume de France à la fin du XVIe siècle

Carte ancienne du royaume de France à la fin du XVIe siècle
© Archives nationales
Légende :
Carte du royaume de France à la fin du XVIe siècle, Nova Totius Galliae Descriptio

Titre du média : Mention de la naissance d’Henri IV

Registre de Béarn mentionnant la naissance d'Henri IV
© Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Commentaire :
Parler démographie pour le XVIe siècle reste très aléatoire compte tenu des sources parcellaires dont nous disposons. Si l’ordonnance de Villers-Cotterêts, signée par François Ier en 1539, fait obligation de la tenue de registres des sépultures et de « registres […] des baptêmes, qui contiendront le temps et l’heure de la nativité », la diffusion de leur usage est très lente et inégale selon les régions. En raison des lacunes archivistiques, les études de démographie historique n’ont pu être menées que dans un cadre local ou provincial. Elles permettent cependant de se faire une idée de la situation du royaume de France à l’époque d’Henri IV.
Légende :
Mention de la naissance d’Henri IV (registre des Établissements de Béarn, tome V, f° 220, manuscrit), Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (côte : C. 682).

Titre du média : Scène de mariage au pays basque

Mariage au pays basque représenté sur une peinture
© Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée
Légende :
Scène de mariage au pays basque, peinture attribuée à Francisco Vasquez (ou Bazquez de Mendieta), 2e moitié du XVIe siècle. Album n°5 du Musée d'ethnographie du Trocadéro © Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

Titre du média : Le massacre des Triumvirs

Scène de violences dans un décor de ville romaine antique
© Musée départemental de l’Oise, 45.6 / Jean-Louis Bouché
Légende :
Le massacre des Triumvirs, peinture par l’école de Nicolo Dell’Abate, vers 1562

Titre du média : Le massacre des Triumvirs

Le massacre des Triumvirs
© Musée départemental de l’Oise, 45.6 / Jean-Louis Bouché
Légende :
Le massacre des Triumvirs, peinture par l’école de Nicolo Dell’Abate, vers 1562

Partie 2/2

Ces millions de Français habitent très majoritairement à la campagne, même s’ils ne sont pas tous paysans. Ainsi, le taux d’urbanisation reste faible tout au long du XVIe siècle, autour de 10% de la population totale. Ceux qui résident en ville le font généralement dans de petites cités de moins de 10 000 habitants. La seule exception à la règle est Paris. Entre le début et la fin du siècle, sa population augmente de plus de 50%, passant de 200 000 à 300 000 habitants environ. Cet effectif en fait la première ville d’Europe, devant Naples et Constantinople. Au XVIe siècle, Paris domine le réseau urbain français comme elle continue de le faire près de cinq siècles plus tard. Les autres villes du royaume font pâle figure et Lyon, pourtant au deuxième rang, atteint péniblement 70 000 habitants à la fin du siècle. Suivent, dans l’ordre, Rouen (environ 60 000), Bordeaux (de 40 000 à 50 000), Toulouse (environ 40 000) et Marseille (environ 30 000).

Pour l’immense majorité des contemporains d’Henri IV, les conditions d’existence restent difficiles, malgré les progrès de la fin du règne. L’espérance de vie ne dépasse guère 25 ans à la naissance et les taux de mortalité infantile atteignent des niveaux proprement effrayants : un nourrisson sur quatre n’atteint pas l’âge de un an et un enfant sur deux ne voit pas ses onze ans… Ruraux comme urbains restent fortement tributaires des aléas climatiques pour leur subsistance et les premiers sont souvent victimes désignées des violences endémiques qui caractérisent les guerres civiles, en particulier lorsque les troupes des deux camps « vivent » sur le pays.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Les plaisirs de la campagne

Tapisserie représentant les plaisirs de la campagne
© RMN / Gérard Blot
Légende :
Les plaisirs de la campagne, tapisserie, XVIe s. Musée national de la Renaissance d’Écouen

Titre du média : Vue de Nérondes

Ville de Néronde : rempart, tours et maisons
© BnF
Légende :
Vue de Nérondes, Loire, lieu de naissance du père Pierre Cotton, dessin par Étienne Martellange, 1610. Bibliothèque nationale de France, département des estampes et de la photographie

Titre du média : Le Printemps

Le Printemps, peinture par  Pieter Brueghel le Jeune,
© RMN / Jacques Quecq d'Henripret
Légende :
Le Printemps, par Pieter Brueghel le Jeune, huile sur bois, XVIe-XVIIe s. Palais des Beaux-Arts, Lille

Titre du média : La danse de noces

La danse de noces, peinture par Brueghel de Velours
© RMN / A. Danvers
Légende :
La danse de noces, par Jan I Brueghel dit Brueghel de Velours, huile sur cuivre, XVIe s. Musée des Beaux-Arts, Bordeaux

Titre du média : Ville de Bordeaux

Représentation schématique en couleur de Bordeaux en 1565
© BnF
Légende :
« Déclaration des parties et lieux plus notables du présent portrait de la ville de Bordeaux » par Élie Vinet, 1565, Bibliothèque nationale de France, RES 4-LK7-1112 A

Titre du média : Ville de Troyes, hôtel de ville

Accueil du roi Henri IV devant l’hôtel de ville de Troyes
© Médiathèque de l’agglomération troyenne
Légende :
Ville de Troyes, hôtel de ville. Gouache représentant les vitraux (XVIe s.) de Linard Gontier, par Alfred Gaussen, 1852

Titre du média : Rébus sur les misères de la France

Pièce versifiée en forme de rébus sur les malheurs de la France
© BnF
Légende :
Rébus sur les misères de la France, gravure par Jacques de la Carrière, 1592. Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, inv. Qb 1 1592
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible