Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Une éducation entre deux chaires

En 1557, le petit Henri de Navarre avait été présenté par ses parents à Henri II et à Catherine de Médicis. Au roi qui lui avait demandé s’il voulait devenir son fils, le petit répondit en béarnais en montrant Antoine de Bourbon : « Mon père, c’est le seigneur roi qui est là ». Henri II lui demanda alors s’il voulait devenir son gendre. « Obé » (« Oui bien ») avait répondu l’enfant de trois ans plein de répartie.

En 1561, le voilà de nouveau à la cour. Il ne sait pas alors qu’il va y rester près de six ans. Entre ses deux visites, l’atmosphère a changé. Si en 1557, brillaient encore les feux de la politique répressive d’Henri II à l’égard des protestants, en 1561 l’heure est à la politique de conciliation menée par Catherine de Médicis et le chancelier de l’Hospital (colloque de Poissy ).

Si Antoine de Bourbon a un temps flirté avec le protestantisme - on l’a vu par exemple, en mai 1558, mener la grande démonstration de force des réformés en plein Paris, au Pré-aux-Clercs - en 1562, il revient dans le giron catholique, convaincu par la promesse d’une reconquête hypothétique de la Navarre perdue. C’est Jeanne d’Albret qui a pris le relais de la dissidence religieuse. La fille de Marguerite de Navarre a en effet franchi le Rubicon le jour de Noël 1560 pour devenir protestante. Depuis plusieurs mois déjà, elle a autorisé la prédication protestante dans ses États et a regardé avec bienveillance les progrès de la Réforme. En signant l’ordonnance du 19 juillet 1561, elle fait du Béarn une terre protestante, selon le principe du Cujus regio, ejus religio. Henri est écartelé entre ses deux parents aux convictions maintenant opposées.

Son éducation reflète ces déchirements. Baptisé catholique en 1554, il suit naturellement l’évolution spirituelle de ses parents qui lui donnent, au tournant des années 1550-1560, un précepteur réformé, La Gaucherie. En 1562, alors que Jeanne est repartie et qu’Henri est resté auprès de son père à la cour, ce dernier entend lui « extirper l’hérésie du cœur ». Après plusieurs tergiversations de la part du jeune Henri, son père lui fait jurer fidélité au catholicisme le 1er juin 1562 et lui donne pour précepteur le très catholique Jean de Losses.

C’est à cette époque qu’Henri fréquente pour un temps le collège de Navarre à Paris. Enfant de l’Humanisme, il y reçoit une culture classique qui sera, plus tard, au fondement de ses qualités de plume. Parallèlement aux nourritures de l’esprit, Henri parfait son éducation de gentilhomme par des exercices physiques dans lesquels il excelle. Entraîné au manège royal des Tuileries sous les ordres de Carnavalet, il devient le plus habile des écuyers de son temps. Cette formation lui sera précieuse lorsque, roi à cheval, il parcourra les routes à la conquête de son royaume.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Lettre du prince de Navarre à son père

Lettre d'Henri de Navarre à son père Antoine de Bourbon
© BnF
Légende :
Lettre du prince de Navarre à son père Antoine de Bourbon, roi de Navarre (Paris ou Saint-Germain-en-Laye, entre août 1561 et mars 1562)

Titre du média : Jeanne d'Albret

Portrait de Jeanne d'Albret
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
Jeanne d'Albret, peinture, école française , XVIe s. Musée national du château de Pau, DP. 53-4-1

Titre du média : Jeanne d'Albret

Portrait de Jeanne d'Albret
© BnF
Légende :
Jeanne d'Albret, reine de Navarre. Département des estampes et de la photographie de la BnF, QB-1 (1585)-FOL

Titre du média : Henri d'Albret

Portrait d'Henri d'Albret
© RMN / René-Gabriel Ojéda
Légende :
Henri d'Albret, roi de Navarre (1503-1555), miniature sur émail, par Léonard Limosin, XVIe s. Musée Condé de Chantilly, OA1585 1

Titre du média : Marguerite d'Orléans

Portrait de Marguerite d'Orléans
© RMN / Harry Bréjat
Légende :
Portrait de Marguerite d'Orléans, reine de Navarre, dessin par François Clouet, 1526. Musée Condé de Chantilly, MN43;B323

Titre du média : Château de Pau

Le château de Pau vu depuis le parc
© RMN / René-Gabriel Ojéda
Légende :
Vue du château de Pau depuis le parc, dessin par Louis François Lejeune, 1834. Musée national du château de Pau, P98-1-1
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible