Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Les transformations de Paris

Partie 1/2

L’intérêt porté par Henri IV aux questions d’urbanisme est à mettre en relation avec sa volonté de réorganiser le royaume une fois la paix acquise. Parallèlement à l’effort consenti en matière agricole, le roi entend revivifier les villes en lançant de grands projets de politique urbaine. Ainsi, il encourage les embellissements par la construction de monuments publics.

Bien que gascon d’origine, son intérêt se porte plus particulièrement sur Paris. Dès 1590, il n’hésite pas à dire : « J’aime ma ville de Paris comme ma fille aînée ». En 1601, il annonce une sorte de programme pour sa capitale dans laquelle il veut « passer les années […] et y demeurer […] » et, en outre, « rendre cette ville belle et pleine de toutes les commodités et ornements qu’il sera possible […] ». Henri veut moderniser la ville et la débarrasser de sa gangue médiévale en traçant des perspectives et en construisant des quartiers neufs. Il faut dire que ses prédécesseurs Valois ont ouvert la voie, même si les circonstances ont fait que nombre de chantiers sont restés inachevés.

C’est le cas notamment du Pont-Neuf, dont la première pierre a été posée sous Henri III en 1578 et qui a vu ses travaux s’arrêter en 1588. Henri IV, par lettres patentes du 2 mars 1598, décide du « parachèvement du Pont-Neuf ». En 1603, les travaux ont bien avancés et Henri IV peut traverser le pont à pied. Il faudra attendre encore trois ans pour que le Pont-Neuf soit définitivement achevé (8 juillet 1606).
Les dernières années du règne sont marquées par une foule de projets qui ne relèvent pourtant pas d’un plan d’ensemble.

Au cours de l’hiver 1604-1605, Henri IV conçoit son premier projet d’envergure. Il entend créer une place sur l’emplacement laissé libre par le parc de l’ancien hôtel royal des Tournelles. L’acte de naissance de cette place Royale, future place des Vosges, est marqué par les lettres patentes de juillet 1605. Celles-ci prévoient la construction d’une vaste place carrée (135 sur 140 mètres) quasi fermée et bordée de hauts pavillons uniformes.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Le Pont-Neuf aujourd’hui

Photographie du Pont-Neuf à Paris
© Ministère de la Culture et de la Communication / Martine Hourcadette, 2009
Légende :
Le Pont-Neuf aujourd’hui

Titre du média : Vue et perspective du Pont-Neuf à Paris

Estampe du XVIIIe siècle représentant le Pont-Neuf à Paris
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
Vue et perspective du Pont-Neuf à Paris, estampe, XVIIIe s. Musée national du château de Pau, P.54.4.55

Titre du média : Le Pont Royal et le Pavillon de Flore

Dessin représentant le Pont Royal et le Pavillon de Flore
© BnF
Commentaire :
Soucieux de préserver la perspective du Louvre, Henri s’oppose à la construction de maisons sur le tablier du pont. Ce sera le premier exemple du genre à Paris.
Légende :
Le Pont Royal et le Pavillon de Flore, dessin à la plume et lavis à l'encre brune, 1814. Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France

Titre du média : Hôpital Saint-Louis

Photographie d'un pavillon de l'hôpital Saint-Louis
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Commentaire :
Henri IV pose la première pierre de l’hôpital Saint-Louis en 1607. Il est achevé en 1612.
Légende :
Hôpital Saint-Louis

Titre du média : Hôtel d’Alméras, façade

Photographie de la façade de l'hôtel d’Alméras, Paris
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Commentaire :
Sa bonne position à la cour du roi Henri IV a permis à Pierre d’Alméras d’acheter un terrain dans le Marais où il fit bâtir en 1611-1612 un hôtel particulier.
Légende :
Hôtel d’Alméras, façade

Titre du média : Le « Roman des chevaliers de la gloire »

Place Royale (actuellement place des Vosges) à Paris
© RMN / Agence Bulloz
Commentaire :
La place est bordée de hauts pavillons uniformes construits en briques et des pierres de taille apparaîtront aux chaînes d’angles et aux embrasures des fenêtres. Tous auront deux étages et quatre arcades au rez-de-chaussée qui formeront un péristyle continu tout autour de la place.
Légende :
Le « Roman des chevaliers de la gloire », grand carrousel donné place Royale, du 5 au 7 avril 1612, à l'occasion du mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche, peinture anonyme. Musée Carnavalet, Paris

Titre du média : La place royale

Place Royale (actuellement place des Vosges) à Paris
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Commentaire :
L’espace central de la place royale (place des Vosges) est sablé et sera consacré aux spectacles équestres, carrousels et combats à la barrière. Les travaux, entamés en 1605, aboutissent après la mort d’Henri IV, en 1612
Légende :
La place royale (Claude Chastillon, Dessins des Pompes et magnificiences du caroussel faict en la place royalle de Paris, les V, VI, VII d´avril 1612, gravure). Musée national du château de Pau, Inv. P. 1344

Titre du média : La place des Vosges, décembre 2009

La place des Vosges sous la neige, décembre 2009
© Ministère de la Culture / Thomas Sagory, 2009
Légende :
La place des Vosges, décembre 2009

Titre du média : La place des Vosges aujourd'hui

Photographie représentant la place des Vosges
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Légende :
La place des Vosges aujourd'hui

Titre du média : La place des Vosges aujourd'hui, galerie

Photographie représentant la galerie de la place des Vosges
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Légende :
La place des Vosges aujourd'hui, galerie

Partie 2/2

L’achèvement du Pont-Neuf offre la possibilité d’une nouvelle opération d’urbanisme. Reposant sur la pointe de l’île de la Cité, il s’agit désormais de relier la nouvelle structure au maillage des rues de la rive droite et de la rive gauche. Le projet prévoit de tracer deux rues – deux quais en réalité – qui surplomberont la rivière au Nord et au Sud et se rejoindront à la pointe, au niveau du pont. L’espace triangulaire dégagé pourra servir à la réalisation d’une nouvelle place où seront également construites des maisons de briques et de pierres, mais d’une architecture plus simple et d’une hauteur plus modeste que celles de la place Royale. Les travaux de cette place Dauphine – nommée ainsi en l’honneur du dauphin Louis né en 1601 – débutent en 1607. Malgré les difficultés liées aux importantes opérations de terrassement nécessaires, la place est achevée en quatre ans seulement (1611). Comme pour la place Royale, Henri IV est mort avant d’avoir eu le loisir de l’admirer.

Bien relié à la rive droite, le Pont-Neuf aboutit rive gauche dans les jardins potagers du couvent des Grands Augustins. Parallèlement au chantier de la place Dauphine, Henri IV décide donc de faire percer une rue monumentale capable de prolonger la magnificence du Pont-Neuf. Cette rue Dauphine, large de dix mètres, pénètre rive gauche vers la porte qui mènera au faubourg Saint-Germain. L’opération immobilière qui accompagne les travaux est une telle réussite qu’Henri IV est totalement pris de vitesse. Tous les lots sont vendus et bâtis avant que le roi n’ait pu imposer une quelconque unité architecturale. Le regret affleure quelque peu dans cette réflexion de mai 1607, lorsqu’il dira qu’il aurait été « d’un bel ornement de voir au bout dudit pont cette rue tout d’une même façade »…

L’idée n’est pourtant pas abandonnée et est reprise pour ce qui peut-être considéré comme son dernier projet. Lancée en 1608, elle est plus ambitieuse. Il s’agit cette fois de créer un quartier neuf dans l’actuel marais, qui n’est à l’époque que terrains agricoles situés dans l’enceinte de Charles V. Décidément épris de places comme de géométrie, Henri IV abandonne cette fois le carré (place Royale) et le triangle (place Dauphine) pour choisir le demi-cercle. Orné de pavillons uniformes, cette place en hémicycle devait être tracée à l’angle des actuelles rues Vieille-du-Temple et de Turenne, adossée au rempart de la ville. Pour symboliser la réunion récente des sujets sous l’égide du roi pacificateur, toutes les rues tracées à partir de la nouvelle place, selon un plan radioconcentrique, devaient porter le nom des provinces du royaume. Cette place de France ne vit jamais le jour car le projet ne survécut pas à la mort de son concepteur. Seules les actuelles rues de Normandie, de Bretagne, de Saintonge, de Beauce, de Picardie et l’étrange circuit en arc de cercle de la rue Debelleyme rappellent le souvenir du dernier rêve urbanistique d’Henri IV.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : La place Dauphine construite dans la ville de Paris

Gravure représentant la place Dauphine à Paris
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
La place Dauphine construite dans la ville de Paris durant le règne d’Henri le Grand, gravure par Claude Chastillon. Musée national du château de Pau, Inv. P. 1345.

Titre du média : Vue perspective de la place Dauphine

Estampe en couleur représentant la place Dauphine à Paris
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
Vue perspective de la place Dauphine de Paris estampe aquarellée, XVIIIe s. Musée national du château de Pau, Inv. P. 67.3.25.

Titre du média : Une des rares maisons subsistant de la place Dauphine

Photographie d'une maison subsistant de la place Dauphine
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Légende :
Une des rares maisons subsistant de la place Dauphine

Titre du média : Château de Saint-Hilaire

Photographie de la façade du Château de Saint-Hilaire
© Ministère de la Culture et de la Communication / Franck Richard
Commentaire :
On retrouve en province des modèles d’architecture similaire aux pavillons de la place des Vosges ou de la place Dauphine.
Légende :
Château de Saint-Hilaire (Orne)

Titre du média : Église Saint-Gervais-Saint-Protais

Façade de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais à Paris
© Ministère de la Culture / Martine Hourcadette, 2009
Commentaire :
Non loin de l’Hôtel de Ville, dans le quartier du Marais, l’église Saint-Gervais-Saint-Protais présente l’une des plus belles façades baroques de Paris. Nous en sommes redevables aux architectes Salomon de Brosse et Clément Métezeau, qui l’acheva en 1621.
Légende :
Église Saint-Gervais-Saint-Protais, Paris

Titre du média : Lettre d’Henri IV

Henri IV ordonne la démolition de vieilles maisons de Paris
© Archives nationales
Légende :
Lettre d’Henri IV ordonnant la démolition des masures et maisons de Paris qui tombent en ruine et leur reconstruction (Paris, 16 juillet 1609, parchemin signé du roi), Paris, Archives nationales K 108, n° 107

Titre du média : Procession de la Ligue

Procession de la Ligue à Paris, en 1590 ou 1593.
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
Légende :
Procession de la Ligue, sortant de l'arcade Saint-Jean de l'Hôtel de Ville, en 1590 ou 1593. Anonyme. Huile sur toile. Musée Carnavalet

Titre du média : Tentative d’assassinat sur le roi Henri IV

Scène et paysage urbain, Paris en 1605
© Archives départementales de Tarn-et-Garonne
Légende :
Tentative d’assassinat sur le roi Henri IV, 1605, gravure. Cote : F. Serr IX/10/1
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible