Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Le bal

À la cour de France, les occasions festives prétextes au bal étaient nombreuses. Moment d’échanges régis par des codes sociaux précis, le bal était l’occasion de réunir les membres influents de la cour  et c’est par lui, par exemple, que se poursuivait, jusque très tard dans la nuit, une soirée commencée par un ballet de cour. Dans le Louvre d’Henri IV, c’était généralement dans la salle des Cariatides – où l’on peut encore voir la tribune des musiciens –, la salle haute ou, quand il y avait ballet, le Petit-Bourbon, que, durant le bal, pouvaient se faire et se défaire les alliances politiques ou amoureuses, que se tramaient les intrigues et que, par là même, dépendaient parfois les destinées du royaume…

Les pas et la « manière » des danses de bal en usage en France durant la seconde moitié du XVIe siècle nous sont connus par l’intermédiaire d’un précieux traité rédigé par Jean Tabourot sous forme d’un dialogue entre Thoinot Arbeau (pseudonyme de Jean Tabourot) et son disciple Capriol, publié pour la première fois à Langres en 1589 et réédité en 1596. Emmenées par les musiciens de la Chambre et notamment les fameux « Violons du roy », ces danses se répartissent en plusieurs catégories. En premier lieu figurent les danses en chaîne ou en cercle, appelés branles, d’origine populaire (branles double, simple, gay) ou régionale (branle de Poitou, de Champagne, de Haut-Barrois, etc.) ; les pas de base sont parfois combinés dans des suites plus complexes nommés branles « coupés », ou peuvent s’accompagner de gestes pantomimes (branles « morgués »). Viennent ensuite les danses nobles, plus raffinées et plus exigeantes. On y distingue les danses « basses », qui s’exécutent à pas glissés et « d’une gravité posée » (pavane, passemèze, allemande), généralement en couple et en procession, par opposition aux danses « hautes », dont les pas forment des mouvements plus verticaux (gaillarde, volte, saltarelle, courante, gavotte). Certaines de ces danses nobles se dansent par couple : pavane (passemèze) /  gaillarde, allemande / saltarelle.

Pour la musique, c’est au compositeur allemand Michael Praetorius (1571-1621) que l’on doit la conservation d’une large partie du répertoire de bal (et de ballet) du règne d’Henri IV, que le musicien a compilé, au besoin arrangé, et publié à Wolfenbüttel en 1612 dans un recueil judicieusement intitulé Terpsichore, en l’honneur de la muse de la danse. Praetorius recueillit la plupart de ces danses auprès du violoniste et compositeur Pierre-Francisque Caroubel, lui-même auteur d’une part importante du corpus. Originaire de Crémone, Caroubel arriva en France au début des années 1580 et prit place au sein de la toute nouvelle troupe de Violons de la cour. Naturalisé français en 1583, il fut Violon d’ Henri III à partir de 1584, musicien du duc François d’Anjou, valet de Chambre du roi et « Violon ordinaire de la Chambre du roi » sous le règne d’Henri  IV. Il mourut à Paris en 1611.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Bal à la cour d'Henri IV

Bal à la cour d'Henri IV
© MBA, Rennes, Dist RMN / Patrick Merret
Légende :
Bal à la cour d'Henri IV, peinture sur bois par Louis de Caulery, vers 1610. Musée des Beaux-Arts de Rennes, INV1906-27-48

Titre du média : Bal à la cour des Valois

Bal à la cour des Valois
© MBA, Rennes, Dist RMN / Adélaïde Beaudoin
Légende :
Bal à la cour des Valois, peinture, école française, vers 1580. Musée des Beaux-Arts de Rennes, INV1794-1-135

Titre du média : Bal à la cour d’Henri III

Bal à la cour d’Henri III
© RMN / Thierry Le Mage
Légende :
Bal à la cour d’Henri III, peinture, école française, 2e moitié du XVIe s. Musée du Louvre, INV8730
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible