Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

L’exécution

Le matin du 27 mai 1610, le parlement de Paris rendit sa sentence. L’arrêt déclarait Ravaillac « atteint et convaincu du crime de leze-Majesté, divine & humaine au premier chef, pour le très-méchant, très-abominable et très-détestable parricide commis en la personne du feu Roi Henry IV […] ». Pour cela il était condamné à faire amende honorable devant Notre-Dame et devait ensuit subir le sort des régicides en place de Grève à Paris.

Après avoir subi une dernière séance de torture au cours de laquelle il s’évanouit de douleur, Ravaillac fut extrait de la conciergerie vers 3 heures de l’après-midi pour être mis sur un tombereau et amené à Notre-Dame. À sa grande surprise, à peine était-il sorti de la prison qu’il fut couvert d’insultes par la foule déchaînée : « méchant, parricide, traître, meurtrier », tous cherchaient à le frapper et à l’injurier. Lui qui croyait avoir agi selon la volonté de dieu était intimement convaincu qu’une majorité des Français était de son côté. Le trajet qui le mena de la Conciergerie à la place de Grève fut son chemin de croix. Couvert de hurlements et d’insultes, personne ne l’entendit faire amende honorable devant Notre-Dame, tout comme personne n’avait entendu la lecture publique de l’arrêt du parlement le condamnant. Sur le trajet vers la place de Grève, l’ire publique redoubla. Avant de monter sur l’échafaud, on lui redemanda de dire toute la vérité. Il réitéra sa version. Le supplice pouvait alors débuter.

L’arrêt du parlement fut exécuté à la lettre. Il prévoyait qu’il soit « tenaillé aux mamelles, bras, cuisses & gras des jambes, sa main droite tenant le couteau duquel il a commis ledit parricide, ard et brulée du feu de soufre ; & sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l’huile bouillante, de la poix-résine bouillante, de la cire & soufre fondus ensemble : ce fait son corps tiré et démembré à quatre chevaux, ses membres et corps consumés au feu, & réduits en cendres jetées au vent […] ». Ce qu’il ne pouvait pas prévoir fut le déchaînement de violence qui accompagna et succéda au supplice. Sous les insultes et les quolibets, les docteurs de la Sorbonne censés réciter des prières pour l’âme du condamné en furent empêchés. Alors que Ravaillac était écartelé, certaines personnes tirèrent les cordes pour aider les chevaux. On remplaça même l’un d’eux qui fatiguait, jusqu’à ce que la cuisse du condamné ne se rompe. On fit de nouveau tirer les chevaux et au bout de plus de deux heures de torture, Ravaillac rendit l’âme. À cet instant la foule fondit sur le malheureux et éparpilla ses restes. Selon Nicolas Pasquier, une femme mordit même dans sa chair, comble de l’horreur et symptôme du degré de haine concentré sur sa personne. Le bourreau, censé recueillir ses restes pour les faire brûler et disperser ses cendres, ne retrouva rien…

Enfin, comme le prévoyait son arrêt de condamnation, les biens de Ravaillac furent confisqués et la maison où il était né fut démolie, avec interdiction de reconstruire au même endroit. Son père et sa mère durent quitter le royaume sous « peine d’être pendus et étranglés » et le nom de Ravaillac fut interdit dans le royaume.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Le supplice et l’exécution de Ravaillac

Le supplice et l’exécution de Ravaillac
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
Figure représentant le supplice et l’exécution de l’arrest de mort donné contre le très meschant, très abominable, et très détestable parricide Ravaillac, le 27 may 1610, gravure par Jean Leclerc. Musée national du château de Pau, Inv. P. 60.48.1.

Titre du média : Assassinat d’Henri IV et supplice de Ravaillac

Assassinat d’Henri IV et supplice de Ravaillac
© Musée national du château de Pau / Jean-Yves Chermeux
Légende :
Assassinat d’Henri IV et supplice de Ravaillac, gravure sur bois, vers 1610. Musée national du château de Pau, Inv. P. 74.3.50.

Titre du média : Évocation du supplice de Ravaillac

Évocation du supplice de Ravaillac dans une archive
© Archives départementales des Côtes d’Armor
Légende :
Évocation du supplice de Ravaillac en marge du registre des baptêmes mariages et sépultures de Lanvellec (1604-1630). Cote : 1 E dépôt 77/1

Titre du média : Registre du notaire F. Callac pour l'année 1610

Évocation de l'assassinat du roi dans une archive de l'Aude
© Archives départementales de l’Aude
Légende :
Registre du notaire carcassonnais François Callac pour l'année 1610 (note sur l'assassinat du roi, les honneurs funèbres et le supplice de Ravaillac)

Titre du média : Registre paroissial de Saint-Michel de Carcassonne

Évocation de la mort du roi dans une archive de l'Aude
© Archives départementales de l’Aude
Légende :
Registre paroissial de Saint-Michel de Carcassonne. Sépultures, 1610-1626 (note sur la nouvelle de la mort du roi), 4 E 69/GG 24

Titre du média : Registre de délibération de la ville de Senlis

Mention de l'assassinat du roi Henri IV
© Archives départementales de l’Oise
Légende :
Mention de l'assassinat du roi Henri IV et de l'exécution de Ravaillac porté sur un registre de délibération de la ville de Senlis
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible